Le Shiatsu, qui signifie en japonais pression (Atsu) des doigts (Shi), utilise la pression par le touché afin de stimuler des points sur l’ensemble du corps dans le but de rétablir la libre circulation de l’énergie selon les principes de la Médecine Traditionnelle Chinoise. Il devrait avant tout être pratiqué en prévention afin de stimuler les défenses naturelles de l’organisme et maintenir ainsi l’équilibre énergétique pour une forme physique et mentale toute l’année.

 

Cette méthode est dite holistique car globale et ne dissocie pas le physique du mental, permettant un rééquilibrage en profondeur du corps et de l’esprit. Cela pourrait être comparé  à de l’acupuncture sans aiguille mais en fait, afin de rééquilibrer le réseau énergétique, le praticien se sert de ses pouces, ses doigts, ses paumes, ses coudes pour exercer des pressions. Il utilise des rotations, étirements, ainsi que des techniques de massage ce qui libère le patient de ses blocages et tensions, favorisant ainsi la libre circulation de l’énergie dans les méridiens d’acupuncture.

Le praticien intervient le long de lignes appelées « méridiens » qui véhiculent l’énergie nommée Ki par les Japonais. Lorsque le KI circule librement de façon équilibrée dans ces méridiens, répartis sur l’ensemble du corps, cela témoigne d’un bien-être et d’une bonne santé. Lorsqu’il y a blocage ou déséquilibre cela est signe de mal être. Il y a 14 principaux méridiens liés aux organes et viscères tout au long desquels se trouvent les Tsubos, points d’acupuncture, correspondant à une fonction. Chaque méridien ou Tsubos étant le reflet ou la manifestation d’une fonction organique, le praticien pourra donc par son touché recevoir ou transmettre des informations aux organes. Il pourra, en tonifiant ou drainant l’énergie, stimuler les défenses naturelles de l’organisme, faire lâcher les tensions physiques mais également mentales, apporter détente et bien-être intérieur favorisant ainsi le processus d’auto guérison.

Le Shiatsu pratiqué depuis des millénaires chez l’homme, s’applique également pour les animaux comme le chien et le cheval selon les mêmes principes de la MTC. Notamment  grâce à Pamela Hannay qui en a fait la transposition il y a une vingtaine d’année.